EHS
EHS

Nationwide Study of Sex Differences in Incident Heart Failure in Newly Diagnosed Nonvalvular Atrial Fibrillation



Background:

Heart failure (HF) is a leading complication of nonvalvular atrial fibrillation (NVAF), and the presence of both conditions worsens prognosis. Sex-specific associations between NVAF and outcomes focus on stroke; less is known about HF. We evaluated sex differences in incident HF in NVAF.


Methods:

We identified adults age ≥ 65 years hospitalized for incident NVAF without prior HF from April 2010 to March 2018 in Canada. The primary outcome was incident HF hospitalization, with a secondary composite outcome of incident HF hospitalization or all-cause mortality at 1 year. Cox proportional hazard regression models were constructed for the association between sex and outcomes, adjusting for age, comorbidities, socioeconomic status, cardioversion, and medications.


Results:

Of 68,909 NVAF patients, 53.8% were women. Women had a higher rate of the primary outcome (30.0% vs 25.6%, P < 0.001) and the composite outcome (39.5% vs 36.6%, P < 0.001) than men. In multivariable analysis without adjusting for medications, there was an 8% increase risk of HF (95% confidence interval [CI] 1.05-1.11, P < 0.001) for women, which was attenuated when accounting for medication (hazard ratio [HR] 1.01, 95% CI 0.98-1.04). After full adjustment, women age ≥ 75 years were at higher risk of the primary outcome (HR 1.10, 95% CI 1.06-1.13, P < 0.001) and the composite outcome (HR 1.04, 95% CI 1.01-1.07, P < 0.001), compared with men, whereas there was a significantly lower risk for those age 65-75 years.


Conclusions:

In this nationwide study of incident NVAF without HF, women age ≥ 75 years were more likely to develop HF or die than men. Strategies to prevent HF in older women with NVAF are needed.


Contexte:

L’insuffisance cardiaque (IC) est une complication majeure de la fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV), et la présence des deux affections assombrit le pronostic. Les associations entre la FANV et ses complications en fonction du sexe ont surtout porté sur l’AVC; on en connaît moins sur l’IC. Nous avons évalué les différences entre les sexes pour l’IC fortuite dans la FANV.


Méthodologie:

Nous avons identifié des adultes de ≥ 65 ans, sans antécédents d’IC, hospitalisés pour une FANV fortuite entre avril 2010 et mars 2018 au Canada. L’hospitalisation à la suite d’une IC fortuite constituait le critère d’évaluation principal, le critère d’évaluation secondaire composé comprenait les hospitalisations pour un épisode d’IC fortuite ou le décès toutes causes confondues à un an. Des modèles de régression à risques proportionnels de Cox ont servi à évaluer l’association entre le sexe et les résultats, après correction en fonction de l’âge, des comorbidités, de la situation socio-économique, de la cardioversion et de la médication.


Résultats:

Le groupe étudié comptait 68 909 patients atteints de FANV dont 53,8 % étaient des femmes. Les femmes étaient plus nombreuses à répondre au critère d’évaluation principal (30,0 % vs 25,6 %, p < 0,001) et au critère d’évaluation composé (39,5 % vs 36,6 %, p < 0,001). Dans une analyse multivariée ne comportant aucune correction en fonction de la médication, une augmentation de 8 % du risque d’IC (intervalle de confiance [IC] à 95 % : 1,05-1,11, p < 0,001) a été notée chez les femmes. Cette augmentation se trouvait atténuée lorsque la médication était prise en compte (rapport des risques instantanés [RRI] : 1,01, IC à 95 % : 0,98-1,04). Après correction complète, les femmes de ≥ 75 ans ont été associées à un risque plus élevé d’atteindre le critère d’évaluation principal (RRI : 1,10, IC à 95 % : 1,06-1,13, p < 0,001) et le critère d’évaluation composé (RRI : 1,04, IC à 95 % : 1,01-1,07, p < 0,001) comparativement aux hommes; en revanche, le risque était significativement plus faible chez les femmes de 65-75 ans.


Conclusions:

Dans cette étude nationale sur la FANV fortuite sans IC, les femmes de ≥ 75 ans étaient plus susceptibles de développer une IC ou de décéder que les hommes d’où la nécessité de mettre en place des stratégies de prévention de l’IC chez les femmes plus âgées atteintes de FANV.



Source link

EHS
Back to top button